camarde-paris

 

 

couloir

 

5026498074_31a93dabd9

catacombes 

 La crypte archéologique de Digne

   Les sondages entrepris en 1946 ont mis en évidence des vestiges antiques sous la cathédrale du Bourg, mais c’est à partir de 1983 que des fouilles archéologiques débuteront. Les fouilles dureront trente ans.

  Aujourd'hui, la crypte archéologique , ouverte au public, offre la compréhension de l’évolution d’un ensemble urbain et l’évolution d’un sanctuaire païen vers un sanctuaire chrétien. Cette situation permet de suivre les différentes modifications de l’architecture sacrée, liées aux évolutions des pratiques religieuses et d’inhumation. Le site conserve entre autre une mosaïque du V° siècle, rarissime en Europe à cette époque.

  Désormais la ville de Digne-les-Bains connaît l’emplacement exact de ses origines par la présence révélée de murs antiques du Ier siècle après Jésus-Christ correspondant à un espace urbain et l’implantation de trois édifices de religion chrétienne allant du Ve siècle au XIe siècle. Le tout à proximité et sous la cathédrale actuelle de Notre-Dame du Bourg

Petit extrait de l'anneau de Saint-Jérôme

  La seule pensée du cimetière du Bourg et de ses vampires dansant sur les tombes aurait, jadis, fait trembler Ercilie. Mais elle venait de côtoyer la mort de si près qu’elle était prête à toutes les aventures pour retrouver la vie.

  Seulement, lorsqu’elle pénétra dans le premier couloir des catacombes et qu’elle aperçut, dans la lumière de la torche d’Emerande, les ombres des squelettes aux yeux vides qui semblaient danser la Camarde, elle prit peur et s’accrocha à la main d’Emerande, elle-même pendue à la chemise d’Adelme.

  - Ne craignez rien ! J’ai passé les deux dernières nuits avec les squelettes et nous sommes devenus amis ! plaisanta Adelme pour rassurer les deux filles.

  Il était impossible de déposer la Clermonde dans ce couloir trop étroit. Alors Adelme poussa la visite plus loin qu’il ne l’avait fait au cours des deux nuits précédentes.

  En bout de couloir, le groupe s’engagea dans un escalier. En bas, se trouvait une salle basse qui contenait, à la lumière de la torche, un nombre impressionnant de petites tombes en pierres. Quelques rats fuyaient dans les passages étroits entre les vestiges. Emerande et Ercilie restèrent figées tant la mort semblait être maîtresse du lieu. 

  Adelme contourna la salle et déboucha dans un espace voûté où des tombeaux plus grands étaient alignés avec beaucoup plus d’espaces entre eux.

  - C’est la crypte des évêques ! dit-il, fort de la visite qu’il avait faite autrefois avec le fossoyeur.