AbbePierreGassendditGassendi   

   Pierre Gassendi,  né Pierre Gassend à Champtercier le 22 janvier 1592 est mort à Paris le 24 octobre 1655. Il fut mathématicien, philosophe, théologien et astronome. Un cratère lunaire porte son nom.

    La légende veut que Gassendi ait commencé à se passionner pour les beautés du ciel en gardant les troupeaux de ses parents pendant la nuit. Enfant, il a suivi les cours des écoles de Digne, et fit preuve de grandes dispositions pour les langues et les mathématiques.

   En 1612, le collège de Digne lui demande quelques conférences de philosophie. En 1614, Pierre Gassendi obtient son doctorat en théologie à Avignon. Il est nommé chanoine de Digne. En 1617, il entre dans les ordres. Il est nommé professeur de rhétorique au collège de Digne. En 1618, Gassendi note ses premières observations du ciel lors de l'apparition d'une comète « à tête crépue ». En 1620, il établit les tables de la position de Jupiter par rapport aux étoiles fixes. L'année suivante, il donne leur nom aux aurores boréales.

 

Petit extrait de l'anneau de Saint-Jérôme

   - Je te rends le calame qui t’appartenait avant que Jean d’Astignac te le confisque.

   Un garçon de son âge lui parlait et lui souriait.

    -  Pierre Gassendi, je vous prie de reprendre votre place ! entendit Ercilie qui reconnut la voix cruelle du Grand Inquisiteur.

   Avec assurance, Pierre Gassendi regagna le coin réservé aux témoins et, calmement, continua à s’exprimer :

     - Vous m’avez demandé de dire la vérité. Je vous la dis avec beaucoup de sincérité. Ce calame sur lequel sont inscrites mes initiales, je l’avais donné à cette fille, Ercilie  Tienot, lorsqu’elle venait à la chapelle des Sieyes pour suivre les cours de latin de mon oncle, l’abbé Fabri. Je ne l’avais pas revue depuis cette époque mais j’ai été heureux d’apprendre qu’elle avait encore mon calame dans sa musette. Je l’ai dit à Jean d’Astignac mais, pour justifier son coup de fouet, il a toujours affirmé qu’elle l’avait volé.

   - Cela n’enlève rien au fait qu’elle chassait sur nos terres sans autorisation ! reprit le Seigneur d’Astignac avec une grande sévérité dans le regard qu’il dirigeait sur Pierre Gassendi.

   - Mon oncle m’a appris que Dieu avait offert aux hommes une terre pleine de richesses pour qu’elles soient partagées par tous ! répondit Pierre Gassendi avec un calme naturel qui provoqua une profonde admiration dans le cœur d’Ercilie.

   - Et le droit de propriété, qu’en faites-vous jeune homme ! reprit le Grand Inquisiteur pour venir en aide au Seigneur d’Astignac.

   -  Chasser une bécasse pour manger quand on est pauvre n’est pas un vol mais un acte de survie.

   - Mon fils ! C’était Monseigneur qui s’exprimait pour la première fois depuis le début du procès. Nous connaissons les qualités que la Sainte Eglise vous a transmises, grâce au précepte de votre oncle. Nous ne doutons pas que ces grandes qualités feront de vous la merveille du siècle à venir au cœur de cette Sainte Eglise que nous aimons tant. Mais pourquoi vouloir contredire la noble parole du fils de notre dévoué Seigneur d’Astignac et défendre ainsi le diable ? Car au-delà du calame et de la bécasse, il y a les faits de sorcellerie qui se sont déroulés dans la cathédrale avec la disparition de l’anneau ?