procession

 

Petit extrait de l'anneau de Saint-Jérôme

 Chaque année, de Gaubert, d’Oyse, d’Archail ou des Dourbes, le feu des premières étoiles de la nuit de Noël donnait l’ordre de départ des processions de pèlerins pour ce rendez-vous à Saint-Jérôme. Le flambeau de poing dans une main, l’offrande à Marie dans l’autre, conforté par le chant des cantiques de la nativité, ignorant pour une fois les dangers de la nuit, le petit peuple convergeait fièrement vers le cœur de la cité épiscopale derrière ses gonfaloniers.

 Ceux d’Oyse avaient emprunté le chemin du champ Tercier et s’étaient agenouillés devant la chapelle Saint-Roch des Sieyes pour solliciter, encore une fois, la protection du Saint contre la peste.